Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Marockpress :Presse Citoyenne Libre

Les énigmes de l`USFP

8 Décembre 2011 , Rédigé par marockpress Publié dans #francais

imagesCA3WF8ANimagesCA0KKPPJ

Derrière la décision du bureau politique de l’USFP de rejoindre l´opposition, on peut décrypter un certain nombre d´énigmes.

La première est la chute de l´alliance du bloc entre l´USFP et L´Istiqlal, la « koutla ». Étant composante de la « koutla », l´USFP risque, en rejoignant l´opposition, de brusquer son allié de toujours, le parti de L´ Istiqlal, qui se montre ferme en acceptant de s´aligner au prochain gouvernement du PJD. La « koutla » est alors irrémédiablement morte. Un nouveau paysage serait l´effet immédiat de cette mort annoncée depuis des années déjà. La décision pour rejoindre l'opposition signifie essentiellement que l'alliance d´un nouveau bloc démocratique devient un verdict de l'histoire, parce qu'il est politiquement et moralement impossible que l’alliance entre deux parties, l'un ( Istiqlal) dans le gouvernement et l'autre ( USFP) dans l'opposition puisse survivre. Mettre fin à cette alliance est donc une obligation décisive pour L´USFP. L´énigme c´est comment est-ce que le bureau politique de L´USFP doit inévitablement redémarrer sa machine de mobilisation et préconiser d´autres alliances à venir , tout en considérant l´émergence de trois grands pôles sur la scène politique marocaine : a) un pôle gauche moderniste avec L´USFP et avec ses prolongations dans d´autres institutions et/ou même dans la rue, voir le parti de l´avant-garde et la gauche unifiée , tous deux issues d´une cession au sein de l`USFP et qui depuis le 20 Février , sont très actifs dans le mouvement. b) un pôle conservatif de la droite avec le PJD au gouvernement, l´Istiqlal en coalition et le mouvement populaire et c) un troisième pôle géré par les partis dites de libéraux avec le PAM, les Indépendants et d´autres.

La deuxième énigme se résume en quelque sorte dans le fait, que bien avant la retrouvaille du conseil nationale du USFP, la décision de prendre les banques de l´opposition était courante et avait retenu le consensus majoritaire de la base du parti. Les unionistes du 20 février, une partie de la base usfpiste , ont même avancé une pétition de 500 signatures refusant la participation au gouvernement du PJD. En plus les prises de positions de quelques membres du bureau politique tel que Ali bou3bid et d´autres dans tous les appareils du parti, ont renforcé l´option de l´opposition. Cette réticence á la participation cache apparemment une réorientation vers les partis de la gauche actifs dans le mouvement contestataire du 20 février. Et c´est justement là que l´on s´aperçoit du deuxième énigme. Comment est-ce que l´USFP peut-il s´aligner au mouvement contestataire, après avoir jugé inutile de récuser la nouvelle constitution du dernier juillet, jamais acceptée par le Mouvement du 20 février et avec quel discours l`USFP pourrait mobiliser des larges segments du mouvement du 20 février.

La troisième énigme embarrassante est la colonne à l´intérieur de l`USFP, qui pousse vers l´opposition, mais pas par principe, plutôt á cause de son alignement au parti le PAM, décrit continuellement proche du palais et opposant aux Islamistes du PJD. Même si cette colonne au sein du L´USFP ne représente qu´une petite minorité, presque sans influence aucun sur la base, elle révèle par contre et sans doute, que les 13 ans de participation aux gouvernements antécédents ont élargi le fossé au sein de l´USFP entre un groupe dirigeant devenu vicieux des postes et une large base asphyxiée des positions de ses dirigeants, qui ont échoué dans la gestion de la phase précédente.

Le parti de la rose " rouge" a déjoué toutes ces cartes. Il n´a plus rien sur quoi se baser en étant dans l´opposition. La base de son syndicat s´est détaché depuis longtemps, même si les dirigeants restent fidèles au "bureau politique" avec des exceptions. La base du parti est en total désaccord avec le sommet. Les devisions qu´a connu l´USFP, l´ont fracassé. Sa popularité tend vers zéro. Ses représentants au parlement sont en grande majorité dilettantistes. Ils se sont laissé télécommander par les centres de décisions au royaume. L´USFP est clairement devenu l´Union des Sans Fidélité Politique. Rejoindre l´opposition est une fuite à une mort alertée. Probablement cette fuite est dictée par les vrais détenteurs du pouvoir.                              

Par joudy

 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

(Clovis Simard,phD) 08/02/2012 21:41


ÉNIGMES DU FERMATON:


1) TOUT EST BON.


2) TOUT SE CONTIENT.


3) TOUT EST INCOMPLET.


MAÎTRISE TON CHAOS ?

camino 08/12/2011 21:24


welldone mr joudy

marockpress 09/12/2011 10:34



trés bonne analyse basée sur des données et des faits de la scéne politique marocaine . merci joudy


 


leprof