Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Marockpress :Presse Citoyenne Libre

Maroc : Taux de partcipation elevé aux élections

25 Novembre 2011 , Rédigé par marockpress Publié dans #francais

Le taux de participation aux élections legeslatives du 25 novembre ont connu une hausse considerable par rapport à celle de 2007 ,
Le taux a été fixé à 11 % jusqu'à midi ce qui promet un chiffre considérable en fin de journée.
Ces élections anticipées, que le pouvoir veut "historiques", et auxquelles 13 millions de Marocains sont appelés à participer, devraient permettre aux forces politiques (une trentaine de partis sont en lice) de mesurer réellement leur poids respectif.
D'aprés le sitee www.yabiladi.com la participation a depassé 11,5 à midi. legeslative.jpg
 
massivement assister au scrutin dans les principaux bureaux de vote de la capitale.
 
Une altercation au sein du bureau de vote. Un homme d'une soixantaine d'année accompagnée d'une femme âgée accuse le moqadem de les empêcher de voter « on ne veut pas que le Maroc avance! », a-t-il lancé. Le moqadem s'est justifié en expliquant que leur carte d'électeur était périmée et que ces deux personnes ont déménagées : elles auraient donc aussi logiquement changé d'affectation de bureaux de vote. Pour la femme, tous les habitants de son immeuble, sur le boulevard Moulay Youssef, rencontrent le même problème.
Les présidents de plusieurs bureaux de vote à Rabat ont constaté une affluence plus forte après la prière. Tous pensent que l'activité des bureaux va s'intensifier au cours de l'après-midi et particulièrement après 16h, avec la fin de la journée de travail.
Des cas de corruption sont dénoncés par Mamfakinch, blog d'information soutenant le Mouvement du 20 février. Des supporters de l'Istiqlal distribueraient de l'argent à Sidi Abderrahmane pour inciter les électeurs à voter pour leur parti. Le PAM, le RNI et le FDD feraient de même à Derb Ghalef. A Casablanca, un employé communal aurait été arrêté par la police pour avoir avoir offert de l'argent pour le compte du PAM.
Le ministère de l'Intérieur annonce 11,5% de participation à midi contre 10% lors des législatives de 2007.
La fréquentation des électeurs est assez forte, alors que l'heure de la prière approche. Des voitures sont stationnées en double file, devant le bureau de vote. Au Maarif, quartier d'affaires de Casablanca, la présence policière est aussi visible qu'à Derb Ghalef, quartier populaire célèbre pour son marché de matériel électronique. Déjà les hommes commencent à se diriger vers la mosquée.
 
« Oui, j'ai voté mais je ne vous dirai pas, c'est secret », lance une vieil homme. Comme lui plusieurs personnes refusent de s'exprimer concernant l'élection et leur vote.
 
 
« J'ai voté pour l'Union socialiste [USFP], j'ai toujours voté pour eux, je leur fais confiance, c'est comme ça », répond tout de même un passant, Abdelali (homme), 55 ans.
 
« J'ai choisi la lampe du Parti de la justice et du developpement [PJD]. Je pense que c'est le plus sérieux des partis, les autres ce sont tous des voleurs. Même si je n'ai pas vraiment lu leur programme, je suis convaincu que ce sont les plus digne de confiance », explique un vieil homme.
 
Deux hommes s'activent, indifférents à toute considération politique.
 
« Je n'ai jamais voté de ma vie car je ne fais pas confiance aux politiciens. Mes deux parents sont décés, je m'occupe simplement de ma petite famille. L'essentiel, pour moi, est de parvenir à la nourrir », Abderrahim, 45 ans environ.
 
« Je ne vais pas voter car il n'y a aucune raison qui puisse m'y pousser », un jeune homme anonyme, 20 ans
Abelillah Benkirane, chef du parti PJD, est arrivé au lycée pour voter. Dans le tumulte des médias, l'homme s'est perdu dans le lycée, il ne savait plus où se trouvait son bureau de vote. Il a finalement trouvé l'endroit et a pu voter.
 
« Je suis confiant dans ce scrutin. Le Maroc doit changer; le statut quo est inacceptable », Abelillah Benkirane, chef du parti PJD.
 
« Le scrutin n'a jamais été aussi ouvert (...) et le parti le plus puissant ne dépassera sans doute pas les 16 à 18% » des votes, a souligné pour sa part à l'AFP Khalid Naciri, ministre de la communication et membre du petit parti PPS.
: Les électeurs poursuivent leurs allées et venues.
 
« Je voterai seulement pour ne pas laisser ma voix à quelqu'un d'autre. Je pense que, cette fois, je vais voter pour le PJD. Je ne l'ai jamais fait, mais je pense qu'il faut leur donner une chance, à eux aussi, pour voir de quoi il sont capables », une femme, anonyme, la quarantaine.
Les électeurs viennent régulièrement : en moyenne 5 personnes passent devant les urnes toutes les 20 minutes. Dehors, la présence policière en civile et en uniforme est forte. Une dizaine d'hommes surveille le bureau de vote et les alentours.
Le taux de participation est annoncé à 4%, contre 5% à la même heure, lors des précédentes élections législatives en 2007.
Une dizaine de personnes entre et sort en continu du bureau de vote. La fréquentation n'entraîne pas de file d'attente.
: Quatre personnes accueillent les électeurs au bureau de vote 370 où votent 3 ou 4 personnes. Aucune queue à cette heure matinale, c’est le meilleur moment pour voter nous confie Rachida, une mère au foyer du quartier Bourgogne.
: Peu de monde devant le lycée Moulay Idriss 1er situé sur le Boulevard Abdellatif Ben Kaddour rassemblant les bureaux de votes 366 à 370. Par contre le nombre de grosses berlines allemandes ou anglaises et les chauffeurs qui attendent à l’extérieur, impressionne les passants. On est bien dans la circonscription Anfa, l’une des plus huppées de Casablanca. Les plus nantis du quartier ont décidé de remplir leur devoir citoyen dès la première heure.
 
: Les rues sont jonchées de prospectus électoraux des partis. Du travail en perspective pour la société en charge du nettoyage public. On pourra remercier les partis politiques pour leur contribution à la pollution de la ville de Casablanca. Un geste très citoyen !
: L'opération de vote se déroule dans le calme. Les électeurs entrent puis sortent du bureau sans que se forme une file d'attente. A l'intérieur, se tiennent le président du bureau de vote, le vice-président l'assiste. Trois ou quatre obeservateurs et des représentants des principaux partis politiques complètent le tableau.
 
 
« Je viens de voter car c'est un devoir de citoyen. Je vote parce que j'ai confiance dans le roi Mohamed VI. Il fait de son mieux pour développer le Maroc », Khadija Saouli, 60 ans, retraitée.
 
« Je participe parce que c'est la meilleure façon de lutter contre la corruption et d'encourager les réformes », Zineb, 26 ans, journaliste.
 
« Il faut placer l'homme qu'il faut à la place qu'il faut, quelqu'un qui aime son pays. Je vais voter nationaliste [Istiqlal ou PJD] », Zakia Al Midaoui, cadre au ministère des Affaires étrangères, la cinquantaine.
 
« Je vote car j'espère que cette élection constituera une étape majeure pour le développement du Maroc », Rachid Hafizi, inspecteur au ministère des Finances, la quarantaine.
 
La vie de capitale, en dépit des arrêts des administrations, se déroule comme d'habitude. Les grands axes sont toujours aussi encombrés.
: Les bureaux de vote, principalement situées dans les écoles et les lycées, ouvrent pour le 9° scrutin legislatif de l'histoire du pays. Plus de 13 millions d'électeurs sont appelés aux urnes pour élire les 395 membres de la Chambre des représentants.
d'aprés yabiladi
8h
9h, Rabat, centre de vote de Moulay Youssef
9h15, Casablanca, Anfa
9h20, Casablanca, Anfa
9h25, Casablanca, Anfa
9h30, Casablanca, lycée El Waha, Al Btha :
10h :
10h45, Casablanca, Derb Ghalef :
11h00, Casablanca, Palmier
11h15, Rabat, quartier des orangers, lycée Mouhad Ibn Jabal :
11h30, Rabat, rue Ibnou Zaidane :
11h45, Casablanca, Maarif, lycée Ibnou Habbous :
12h :
13h45 :
14h30, Rabat :
14h45, Rabat, lycée Moulay Youssef :

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article